Lionel TARDY - Le candidat de la MAJORITE PRESIDENTIELLE

La Circonscription Infos Liens Articles de presse Contactez-moi Faites un don

Notre problème n°1

Le problème de la dette de l’Etat est le cœur de tous nos maux.

Pour pouvoir redonner du pouvoir d’achat, investir pour l’avenir, assurer les retraites, créer des logements … il faut avoir des finances saines.

Les candidats peuvent faire toutes les promesses qu’ils veulent, prendre sur un budget pour passer sur un autre, rafistoler… à la fin, le problème demeurera toujours entier.

Tous les politiques disent que le déficit du budget n’intéresse personne … surtout en période électorale.

Je réaffirme au contraire qu’il est à la base de tout.

Quel homme politique aura enfin le courage politique de dire aux Français « Si je suis élu, je vais vous faire mal, mais dans quelques années, ça ira mieux ».

Une PME qui n’a plus de trésorerie … elle meurt. Il serait grand temps que nos élus prennent quelques cours de comptabilité et apprennent enfin ce qu’est un bilan … et qu’il doit être équilibré.

Quelques chiffres donnent le vertige :

  • 2000 milliards de dettes cumulées (sans tenir compte des engagements non provisionnés)

  • Cette dette représente 6 fois le budget annuel de l’Etat

  • Cette dette représente 63,6% du PIB (Produit Intérieur Brut), c'est-à-dire de la richesse créée.

  • Un budget en déficit chaque année depuis 25 ans

  • Un déficit de 36 milliards cette année (avec une amélioration notable de 6 milliards par rapport au déficit budgété, grâce aux rentrées fiscales supplémentaires générées par les PME)

On hypothèque l’avenir de nos enfants en leur léguant à chacun une dette de 30000 euros dès leur naissance.

Combien de temps nos enfants, nos petits-enfants, devront-ils payer pour rembourser cette dette : 50 ans, 100 ans ? Ceci en étant optimiste et en espérant qu’un gouvernement soit assez courageux pour prendre et tenir des mesures pour équilibrer le budget dans un premier temps …. Puis rembourser la dette.

Chaque année l’Etat vit à crédit pendant 2 mois complet.

Chaque année les intérêts de la dette représentent 40 milliards d’euros … dépensés en pure perte, puisque le capital à rembourser, lui, ne baisse pas.

Ces 40 milliards d’euros permettraient d’augmenter le budget de l’éducation de 50%, de réduire les impôts pour redonner du pouvoir d’achats aux français, de construire des logements sociaux …

Pour la première fois, cette année, l’Etat à cessé de creuser la dette publique en maîtrisant les dépenses et en affectant les surplus fiscaux à la réduction du déficit budgétaire.

C’est un début encourageant …. mais il faut encore faire beaucoup mieux ….