Lionel TARDY - Le candidat de la MAJORITE PRESIDENTIELLE

La Circonscription Infos Liens Articles de presse Contactez-moi Faites un don

Redonner du pouvoir d’achat à tous

Un grand quotidien national faisait récemment sa une en titrant « vive l’impôt » et en apportant son soutien à une pétition pour l’impôt et contre la démagogie fiscale.

 Deux questions doivent se poser concernant l’impôt :

  • Jusqu’à quel niveau est-il supportable ?

  • Qu’en fait-on en termes d’utilisation ?

En ce qui concerne le niveau des impôts et taxes, tout le monde reconnait que l’on atteint déjà des sommets.

Chaque fois que les impôts et taxes augmentent, c’est autant de pouvoir d’achat perdu par chacun d’entre nous.

Il est donc urgent de mettre en place un système de plafonnement afin de ne pas décourager ceux qui, par leur travail, salarié ou chef d’entreprise, créent la richesse de notre pays.

Aujourd’hui le travail, qui est le fondement de tout, est beaucoup trop taxé, c’est inadmissible.

Prenons, par exemple, le salaire brut moyen mensuel en France, qui est de 1800 euros par mois.

Comment motiver un chef d’entreprise à embaucher et un salarié à travailler quand un salarié gagnant 1800 euros brut mensuel, touche en fait 1380 euros net, alors que l’employeur paie au total 2550 euros. L’Etat par le biais de ses différents organismes collecteurs encaisse donc au final 1170 euros, soit presque autant que le salarié...

On oublie trop souvent, toujours dans cet exemple, les fameuses charges patronales, ces 750 euros versées directement par l’entreprise pour le compte du salarié pour que soient couverts ses besoins en termes de santé, d’assurance chômage, de retraite, de formation professionnelle.

Les cotisations patronales sont une partie de la rémunération des salariés et donc bien un impôt, prélevé à la source.

Le pire, c’est l’utilisation de ces impôts.

Sans revenir sur le problème de la dette, et bien que nous soyons noyés sous les impôts et taxes diverses, destiné à combler le train de vie de l’Etat, il y a malgré tout en France :

  • 3 millions de chômeurs

  • 2 millions de RMIstes

  • 7 millions de Français vivant sous le seuil de pauvreté

Si l’on ajoute à cela :

  • La dernière place de la croissance économique en Europe

  • La 47ème place mondiale dans la qualité de l’éducation et de la formation

  • Un retard considérable en matière d’économie d’énergie et de nouvelles technologies

  • Des entreprises publiques et/ou organismes publiques quasiment tous déficitaires ou maintenus en vie à coup de subventions massives

  • Une véritable crise du logement social

Et l’apparition d’une nouvelle classe sociale : les travailleurs pauvres …

On en vient à se demander à quoi servent nos impôts et si l’Etat ne ferait pas mieux de laisser un peu plus d’argent à ses administrés. Cet argent serait sûrement beaucoup mieux utilisé par des citoyens beaucoup plus responsables (ils n’ont pas le choix) concernant leur propre budget, que ne l’est l’Etat.

De plus l’Etat s’y retrouverait car cet argent, ce surcroît de pouvoir d’achat pour chacun, serait principalement utilisé par les citoyens pour consommer des produits qu’ils s'interdisaient faute de moyen…. et donc retournerait indirectement dans les caisses de l’Etat.